Une infirmière peut-elle exécuter une prescription médicale par téléphone ?

Publié le


L’article R.4311-7 du CSP précise : « L'infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants (…) en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée par un médecin ». La prescription doit être nominative, claire et lisible : les noms des médicaments, les dosages, les modes d’administration et les durées du traitement doivent être rédigés de façon à ce qu’aucune méprise ne soit possible. Dès lors, une prescription donnée par téléphone est en principe illégale. Cependant, dans certaines circonstances (l’infirmière fait appel au praticien de garde qui ne peut se déplacer dans la minute, mais qui, eu égard à l’état du malade, doit prescrire un traitement) l’infirmière peut exécuter une telle prescription, sous réserve : de prendre ces prescriptions devant témoin (une collègue), de noter le nom du prescripteur, la date et l’heure de la communication, de reformuler oralement le message et de signer le document sur lequel la prescription a été transcrite, afin que son identité et celle du praticien soient aisément identifiables. Précisons que si la Haute Autorité de Santé a publié des recommandations de bonnes pratiques relatives aux prescriptions médicales par téléphone (ou téléprescription), ces recommandations ne s’appliquent que dans le cadre de la régulation médicale, et ne s’adressent qu’aux médecins régulateurs. 


Publié dans Questions-Réponses

Commenter cet article