Quelle attitude l’infirmière peut-elle adopter face au refus de soin d’un patient ?

Publié le


L’article L.1111-4 du code de la santé publique dispose : « Aucun acte médical, ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment». Ce consentement repose sur une information claire, loyale, adaptée au malade et appropriée à sa maladie et au traitement. Il a pour corollaire le droit au refus de soins. Face à tel refus, l’infirmière peut, dans un premier temps, tenter de convaincre le patient de la nécessité des soins prescrits. Si le patient persiste dans son refus, elle doit alors en informer le médecin le plus rapidement possible. Si ce refus est réitéré par le patient, le praticien « doit respecter la volonté de la personne après l'avoir informée des conséquences de ses choix » et après avoir tout mis en œuvre «pour la convaincre d'accepter les soins indispensables» (art 1111-4 CSP). 


Publié dans Questions-Réponses

Commenter cet article