Infirmière libérale et activités interdites

Publié le

Un certain nombre de professionnelles, pour des raisons qui ne regardent qu’elles, s’engagent dans des activités parallèles à leur exercice professionnel infirmier. Nous avons abordé, dans un ancien numéro d’ILM, les dangers auxquels les praticiennes pouvaient se trouver exposer : risque de compérage, risque de transformer des patients en « clients » en utilisant, pour exercer des activités ayant clairement un lien avec les soins, son titre et sa fonction (création d’un service d’aide à la personne, ouverture d’un cabinet de sophrologie ou d’esthétique), risque fiscal puisque les activités exercées peuvent relever de régimes différents et retenir l’attention de l’URSSAF.

 

Mais, au delà de ces activités, quelles sont celles qui sont, en tout état de cause, absolument interdites aux professionnelles ?

 

Nous pouvons évoquer, dans un premier temps, les activités manifestement contraires à l’honneur et à la probité : infirmier ou infirmière se livrant à la prostitution, professionnels faisant l’apologie de mouvements sectaires, auteurs d’écrits racistes et homophobes ou de discours radiophoniques mettant en exergue des techniques non conformes aux données acquises de la science, etc. Au delà des principes de moralité, c’est l’image même de la profession qui doit être préservée. Si nous ne disposons pas encore de décisions du Conseil de l’Ordre Infirmier, un examen de celles rendues par le Conseil de l’Ordre des médecins laisse supposer des sanctions disciplinaires pouvant aller jusqu’à des interdictions d’exercice.

 

Dans un second temps, citons les activités relevant de la compétence exclusive de professions réglementées, que l’on peut définir comme une « profession dont l’exercice est subordonnée à la possession d’un diplôme ou à une autre condition formelle de qualification ». Il peut s’agir d’actes qualifiés « d’esthétiques » mais dont la réalisation relève de la compétence exclusive d’autres professionnels de santé. Ainsi en est-il des épilations au laser ou par lampe flash. La professionnelle ne pourra pratiquer ce type d’épilation qu’à la seule condition qu’elle soit placée sous la responsabilité effective d’un médecin formé à ces techniques, et qu’elle-même ait reçu une formation adaptée. Citons également les massages, réservés aux masseurs kinésithérapeutes. L’article R. 4321-3 du CSP dispose : « on entend par massage toute manœuvre externe, réalisée sur les tissus, dans un but thérapeutique ou non, de façon manuelle ou par l’intermédiaire d’appareils autres que les appareils d’électrothérapie, avec ou sans l’aide de produits, qui comporte une mobilisation ou une stimulation méthodique, mécanique ou réflexe de ces tissus ». Une infirmière qui souhaite développer une activité esthétique en faisant, par exemple, l’acquisition de matériel visant à réduire la cellulite et mettant en œuvre la technique du “palper-rouler” encourt des poursuites sur la base de l’exercice illégal de la profession de masseur-kinésithérapeute. En revanche, elle pourra pratiquer des modelages, définis comme « toute manœuvre superficielle externe réalisée sur la peau du visage et du corps humain dans un but exclusivement esthétique et de confort, à l'exclusion de toute finalité médicale et thérapeutique.


 

Toutes les activités annexes doivent être impérativement et très clairement distinguées de l’activité de soins, tant sur le plan juridique, fiscal, social que comptable. Si l’infirmière loue un local pour exercer une activité commerciale, elle ne peut en aucun cas exercer son activité de soignante dans les mêmes locaux.


Rappelons par ailleurs, qu’une infirmière ne peut recevoir, sauf exceptions et sous certaines conditions, des avantages en nature ou en espèces, sous quelque forme que ce soit, d’une façon directe ou indirecte, de la part d'entreprises assurant des prestations, produisant ou commercialisant des produits pris en charge par la sécurité sociale. Elle ne peut pas davantage recevoir des intérêts ou ristournes proportionnels (ou non) au nombre de dispositifs médicaux prescrits.  


Commenter cet article