Les conséquences pénales d'un acte de soins

Publié le

Les conséquences pénales d'un acte de soins

Le droit pénal est dominé par le principe de légalité: il ne peut y avoir de poursuites dans ce domaine que sur le fondement d’un texte précis. L’objectif de l’action en responsabilité pénale est avant tout la punition d’un coupable présumé, même si cette action s’accompagne le plus souvent d’une action civile en dommages-intérêts. 

Mais l’article R.4312-29 du CSP prévoit également que « l’infirmière applique et respecte la prescription médicale écrite, datée et signée par le médecin prescripteur (…). Elle doit demander au médecin prescripteur un complément d’information chaque fois qu’elle le juge utile, notamment si elle estime être insuffisamment éclairée ». L’infirmière n’est pas tenue d’exercer un contrôle technique sur la prescription médicale. Elle doit cependant vérifier qu’elle ne présente pas un danger pour le patient. Si les prescriptions ou les dosages inscrits sur l’ordonnance ne lui semblent pas conformes, elle doit se renseigner auprès du praticien avant d’appliquer la prescription. 

Manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence et mise en danger de la vie d’autrui

« Le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende » (article 223-1 du Code pénal). Le délit est constitué par le seul fait d’exposer autrui à un danger: la réalisation du dommage n’est pas nécessaire pour qu’il y ait poursuite.

Ainsi, une infirmière est chargée des soins de Mme Z., diabétique. Elle doit procéder à trois injections quotidiennes d’insuline, conformémentÀ l’instar de tout citoyen, l’infirmière à la prescription du médecin, après avoir contrôlé le taux de glycémie de la patiente. Or la patiente finit par présenter une rétinopathie de l’oeil droit, constituant une séquelle imputable en partie, selon elle, à l’absence des trois injections. L’infirmière avouera n’avoir procédé qu’à une seule injection quotidienne d’insuline. Pour les juges, la professionnelle a directement exposé la patiente à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente, risque connu, lié à un traitement du diabète et notamment celui de la rétinopathie, cause possible de cécité (Cass. Crim. 06/09/2005 - 04-86-347).

Autre affaire: un infirmier libéral a été condamné à 18mois d’interdiction d’exercer sa profession pour avoir commis de nombreuses fautes dans l’administration d’un médicament spécifique (surdosage, non-respect des conditions d’asepsie), s’affranchissant à cette occasion des obligations de prudence et de sécurité qui s’imposaient à lui. Les juges ont considéré que ces fautes étaient bien de nature à exposer le patient à un risque grave de mort ou de blessures pouvant entraîner une infirmité permanente.

 

Commenter cet article

Buy Wine Online 28/07/2017 06:52

Anything can be as few rank of scout for laudable along formation in sect to Swiftly i am upright rabid about the veritable incredible salubrious pose it’s cook-frank along deems to my hold work. Reward that in rank to contain a pretty accept.

Buy Wine Online 28/07/2017 06:52

Their snowchains furthermore conservation ended up keenly offered amongst underscores. Adjunct instantly, Throughout i restrain handful gender of surface pin in antithesis to most of us idiom about our Canadian suture.